L'an 01

De Jacques Doillon, Alain Resnais et Jean Rouch
Avec Gérard Depardieu, Josiane Balasko, Coluche
VERSION RESTAURÉE
France - 1973
1h27
comédie
VF
diffusion : 1973
E
P

Le film narre un abandon utopique, consensuel et festif de l'économie de marché et du productivisme. La population décide d'un certain nombre de résolutions dont la première est « On arrête tout » et la seconde  « Après un temps d'arrêt total, ne seront ranimés que les services et les productions dont le manque se révélera intolérable ». L'entrée en vigueur de ces résolutions correspond au premier jour d'une ère nouvelle, l'an 01.

La projection du jeudi 3 mai sera suivie d’un échange autour du travail de Gébé avec Thomas Dupuis, auteur  et éditeur aux Éditions FLBLB.

Critiques

  • Écrite par Gébé, d’après sa BD, cette farce mêlant avant-garde et esprit corrosif post-soixante-huitard est emblématique de l’esprit de subversion du début des années 70. Cabu et Wolinski , mais aussi Coluche, Depardieu ou Dewaere font partie d’une distribution hilarante. [...] L’an 01 est en fait au cinéma ce qu’une coopérative est au monde du marché : une entreprise artisanale portée par une petite communauté, sans que personne ne tire la couverture à soi, avec le souffle de valeurs communes. [...] Une vraie curiosité de cinéphile. www.avoir-alire.com

  • L’aspect avant-gardiste du projet est tempéré par un ton et un humour café-théâtre qui permirent aux auteurs de viser une audience plus large que celle des initiés. Et c’est avec jubilation que l’on découvrira les débuts à l’écran de Balasko, Jugnot ou Coluche, [...] mais aussi de Depardieu, Dewaere et Miou-Miou, le futur trio vedette des Valseuses. Découvrir L’an 01 est donc se replonger avec délices dans toute une époque de savoureuse subversion [...]. Une vraie curiosité de cinéphile. www.avoir-alire.com

  • Reflet d’une époque pleine de fraîcheur, d’utopies, de rêves insensés, d’innocence mais aussi de visions justes sur les excès de notre société de consommation. Doillon, Resnais et Rouch sont aux commandes et ça se sent dans la qualité de la mise en scène. Réjouissant de revoir quantité d’artistes en devenir, Depardieu, Romain Bouteille, la bande du Café de la Gare, l’équipe d’Hara Kiri, Coluche, Higelin, Béranger et j’en passe. films.blog.lemonde.fr