Jeune Juliette

De Anne Émond
Avec Alexane Jamieson, Léanne Désilets, Robin Aubert
Sélection compétition officielle (La Roche-sur-Yon 2019)
Québec - 2019
1h37
comédie, drame
VF sous-titrée
diffusion : 2019
P

Juliette est effrontée, malicieuse, un peu grosse et menteuse. Elle n’est pas vraiment populaire au collège, mais c’est pas grave : c’est tous des cons ! Juliette a 14 ans et elle croit en ses rêves. Pourtant, les dernières semaines de cours se montreront très agitées et vont bousculer ses certitudes sur l’amour, l’amitié et la famille…

COUP DE COEUR !

Critiques

  • C’est dans le regard d’autrui que l’on existe et que l’on se construit. Et c’est ce que décrit très bien la réalisatrice Anne Émond dans Jeune Juliette, avec beaucoup de malice et sans drame aucun. Le ton se veut enjoué et les dialogues claquent avec rythme et humour. Le sujet du film n’est pas la seule grossophobie, c’est surtout la traversée émouvante de l’adolescence et le parcours d’une jeune fille particulièrement attachante. […] Tendre chronique de l’adolescence, Jeune Juliette est un film aussi rafraîchissant que profond. www.leblogducinema.com

  • Derrière son côté attachant et fantasque, Jeune Juliette est un film plus grave qu’il n’y paraît sur la difficulté à devenir soi, quand on est jeune et différent de la norme ambiante. Un film à conseiller à tous les adolescents et leurs parents. […] Et la distribution nous offre un film, avec ce français incroyable du Québec, que la production a savamment doublé, non pas de la traduction des dialogues dans notre parler local, mais du même patois, pour en mieux savourer les originalités. Quelle belle intelligence ! www.avoir-alire.com

  • On croit voir venir ce récit d’apprentissage mais pourtant, grâce à une certaine finesse d’écriture, le film évite très régulièrement les clichés du genre. Avec ce postulat (une jeune fille joufflue est le souffre-douleur du lycée dans un endroit qui semble oublié du monde), on pense parfois au cinéma de Todd Solondz mais la Canadienne Anne Émond en livre une version plus bienveillante. […] Dynamique et très charmant, le film trouve cet équilibre assez délicat entre tendresse et absence de mièvrerie. Et fait preuve de suffisamment d’humour et de sensibilité pour ne pas être prisonnier des archétypes. Une jolie réussite. www.lepolyester.com