Sans pitié

De Byun Sung-hyun
Avec Sol Kyung-gu, Yim Si-wan, Kim Hie-won
Corée du Sud - 2017
2h
thriller
VOST
diffusion : 2017
S
P

Han Jae-ho et Jo Hyun-soo se rencontrent alors qu'ils prugent tous les deux une peine de prison. Chacun étant à la tête d'un gang, les deux hommes se retrouvent très vite en concurrence. À peine sortis de prison, les deux criminels reprennent leurs activités dans le trafic de drogue, mais la méfiance est de mise entre les deux hommes...

Critiques

  • Réjouissante Séance de Minuit au dernier Festival de Cannes, Sans Pitié est un polar nerveux dans la pure tradition du cinéma hongkongais, qui n’oublie pas de crier son amour à Scorsese et Tarantino. (…) Sans Pitié réussit là où d’autres auraient très bien pu tomber dans la facilité et la référence lourdingue. La qualité de Sung-hyun Byun est qu’il s’impose comme un artisan pointilleux qui conserve l’ambiance nerveuse, sèche et élégante des films qui l’ont influencé pour mieux s’engager sur une voie singulière. www.cineseries-mag.fr

  • Ce thriller policier aussi drôle que dramatique saura charmer les amateurs de cinéma asiatique : chorégraphies dantesques et réalisation inventive sont bel et bien au rendez-vous. Au delà du pur aspect technique, on saluera la performance du duo principal qui forme un tandem aussi attachant qu’explosif. Malgré une intrigue somme toute plutôt classique, Sans Pitié est un divertissement de haute volée qui, à défaut de révolutionner le genre, confirme que la Corée du Sud reste une très grande terre de cinéma. bullesdeculture.com

  • Après Internal Affairs d’Andrew Law et Alan Mak, les polars de Na Hong-jin (The Chaser, The Murderer), ou de Bong Joon-ho (Memories of Murder), cet autre thriller coréen au pitch alléchant était attendu avec curiosité. (…) Les dialogues co-écrits avec Kim Min-soo sont d’une ironie mordante, et l’on assiste, avec plus de jubilation que les personnages, à un festival de manipulations, coups bas et traîtrises en tous genres. Visuellement, le film honore son contrat, bien servi par une photo contrastée (de Cho Hyoung-rae) et des décors réalistes (de Han Ah-rum) qui ne rendent que plus saisissantes les chorégraphies de combat et les scènes de règlements de compte, inventives et baroques. www.avoir-alire.com