Les monstres

De Dino Risi
Avec Ugo Tognazzi, Vittorio Gassman, Lando Buzzanca
France, Italie - 1963
2h01
comédie
VOST
diffusion : 2020
E
P

Dix-neuf sketches, souvent féroces, sur les petites bassesses de tous les jours, interprétés avec vigueur par Vittorio Gassman et Hugo Tognazzi.

VERSION RESTAURÉE.

Dans le cadre des Journées italiennes. La projection sera précédée d’une présentation du film et du réalisateur Dino Risi par Tonino Zoccolan, professeur d’italien.

Critiques

  • L’année suivant le sublime Fanfaron (1962), immense succès au box-office, Dino Risi réalise avec Les Monstres un autre chef d’œuvre de la comédie à l’italienne. Film à sketches mettant en scène un Ugo Tognazzi et un Vittorio Gassman éblouissants, Les Monstres dresse une satire mordante de la société italienne. Il s’agit certainement d’un des films les plus drôles de l’histoire du cinéma. www.critikat.com

  • Deux génies – ajoutés à celui du réalisateur – prêtent leur corps à cette expérience terrassante menée sur le terrain de la médiocrité humaine. On a nommé Ugo Tognazzi et Vittorio Gassman, qui témoignent ici, soutenus par quelques prothèses et un sens aigu du travestissement, d’une plasticité et d’une ubiquité remarquables. […] Dix-neuf films donc […] qui déblaient sans ménagement tous les corps constitués nationaux : famille, police, politique, Église. Et les maux qui vont avec : trahison, vol, cupidité, abrutissement, concussion, hypocrisie. La collection est certes inégale, mais jouit d’un effet d’entraînement. D’un sketch à l’autre, on s’impatiente de savoir quelle viande sociale plus ou moins avariée passera sous le hachoir de Risi. www.lemonde.fr

  • Ugo Tognazzi et Vittorio Gassman sont les maîtres de cet incroyable tourbillon de figures grotesques, une galerie de "masques" qu’ils incarnent, pour esquisser la société de leur époque. Ces deux icônes du cinéma italien sont ici au sommet de leur talent et se montrent capables de passer, avec une extrême facilité, entre les personnages les plus variés et les plus antithétiques. […] Au final, ce qui est vraiment dérangeant en visionnant ce film en 2019, c’est de constater à quel point les défauts décrits par Risi restent des vices endémiques et typiques de la société italienne. Dino Risi prophète ? Il semblerait que oui. www.avoir-alire.com