Les harkis

De Philippe Faucon
Théo Cholbi, Mohamed El Amine Mouffok, Pierre Lottin
Sélection Quinzaine des réalisateurs (Cannes 2022)
France, Belgique - 2022
1h22
drame, historique
VF
diffusion : 2022
S
P

Fin des années 50, début des années 60, la guerre d’Algérie se prolonge. Salah, Kaddour et d’autres jeunes Algériens sans ressources rejoignent l’armée française, en tant que harkis. Á leur tête, le lieutenant Pascal. L'issue du conflit laisse prévoir l'indépendance prochaine de l'Algérie. Le sort des harkis paraît très incertain. Pascal s’oppose à sa hiérarchie pour obtenir le rapatriement en France de tous les hommes de son unité.

Le mercredi 12 à 20h30, séance suivie d’une discussion avec Eric Kocher-Marboeuf, maître de conférence en histoire contemporaine à l’Université de Poitiers.

TARIFS SÉANCE 12/10 À 20H30 : 5,50 € – 4 € (TARIFS RÉDUITS)

Critiques

  • Philippe Faucon réussit à illustrer parfaitement toute la complexité d’une page d’Histoire où le mensonge et l’honneur, la confiance et la realpolitik, écartèlent les consciences. Un hurlement, un coup de poignard, un recensement, un convoi, un hélicoptère, des déplacements clandestins, des mauvais pressentiments : en quelques coups de scalpels cinématographiques quasi pointillistes (fruit de sa grande maîtrise de l’épure), le cinéaste crée une œuvre de fiction ramassée et passionnante, à dessein anti-spectaculaire et formellement très aboutie. www.cineuropa.org

  • Lumineux, obstiné et pudique à la fois, le film de Philippe Faucon nous incite à ne sympathiser pleinement avec aucun de ses personnages. Et néanmoins, chacun, avec finesse et précision, incarne une situation historique où les responsabilités sont à regarder en face. Focalisant sur une poignée d’hommes dont on universalise librement le sort, apportant quelques chiffres clés au bon moment sans écraser le spectateur avec ces données terribles, le film est très rigoureux dans ses reconstitutions sans jouer trop joliment de l’aspect historique et du costume. Nuancé, extrêmement élégant dans sa manière de se clore, c’est un film impeccable sur un sujet grave et une blessure encore ouverte. toutelaculture.com

  • Le réalisateur qui avait su avec Fatima (2015) toucher avec une grande subtilité l'histoire intime d'une mère courage, réalise avec cette fresque historique d'une saine sobriété une réflexion d'une brillante actualité pour renouer avec le tissu social violemment déchiré, laissé jusque-là sans moyen de cautérisation. Un film incontournable pour inviter rien moins qu'à penser/panser l'Histoire. blogs.mediapart.fr