Red amnesia

De Wang Xiaoshuai
Avec Lü Zhong, Shi Liu, Feng Yuanzheng
Chine - 2015
1h45
drame
VOST
diffusion : 2016
P

Deng, retraitée têtue, semble compenser le vide laissé par la mort de son mari par une activité de chaque instant, dévouée à organiser la vie de ses enfants et petits-enfants. Sa vie est bouleversée le jour où elle commence à recevoir de mystérieux appels anonymes et à être suivie lors de ses sorties quotidiennes...

Critiques

  • Peinture subtile des changements de comportement d'une génération à l'autre, et de l'impact du mode de vie moderne sur la relation aux anciens, Red Amnesia est de ces films « à secret(s) » dont on ne peut dévoiler que peu de choses. Réussissant à concocter une atmosphère inquiétante, Wang Xiaoshuai, à qui l'on doit notamment Chongqking blues et 11 fleurs, s'intéresse ici aux conséquences intimes des restrictions imposées après la révolution culturelle et de la toute puissance du parti. www.abusdecine.com

  • À l'heure où le nouveau cinéma chinois révèle toute une nouvelle génération passionnante de cinéastes radicaux, ( …) quel regard poser sur la place du cinéaste Wang Xiaoshuai ? Nettement plus accessible et populaire, son cinéma social fait de drames réalistes pourrait en comparaison paraître gentiment désuet. Red Amnesia n'est pourtant pas une carte postale. Le film possède suffisamment de surprises et de personnalité pour ne pas être sacrifié sur l'autel du pittoresque.(...) Red Amnesia charme par un mélange de registres inattendus. Quelques touches d'humour, mais surtout un va et vient permanent entre deux registres dans lesquels on n'attendait pas le cinéaste : le thriller et le film de fantômes. Pas de spectre effrayant ici, mais le retour d'un passé refoulé qui refuse de disparaître. (…) À la thématique récurrente chez ces jeunes cinéastes de l'éclosion brutale de nouvelles villes, Wang Xiaoshuai oppose en miroir la redécouverte de villes entières oubliées et abandonnées du jour au lendemain. Dans Red Amnesia, les fantômes ne sont plus uniquement des personnes, des souvenirs, ou même l'expression d'une culpabilité passée. Les fantômes sont des villes entières. www.filmdeculte.com

  • Wang Xiaoshuai, réalisateur chinois de la sixième génération révélé au grand public en 2001 par Beijing Bicycle, propose de clore sa trilogie sur l’héritage de la révolution culturelle, ouverte par 11 Flowers et Shanghai Dreams, avec ce récit d’une femme désorientée, perdue dans le présent et harassée par le passé. Son envie de flirter avec le genre pour traiter l’histoire de la Chine est assez heureux, tout comme le choix d’une personne âgée en personnage principal, comme passeur entre deux mondes (géographiques) et deux époques (politiques). www.critikat.com