Madres paralelas

De Pedro Almodóvar
Penélope Cruz, Milena Smit, Aitana Sánchez-Gijón
Prix d’interprétation féminine, Sélection officielle (Venise 2021)
Espagne - 2021
2h
drame
VOST
diffusion : 2022
E
P

Deux femmes sur le point d’accoucher, Janis et Ana, se rencontrent dans une chambre d'hôpital. Elles sont toutes les deux célibataires et sont tombées enceintes par accident. Janis, d'âge mûr, n'a aucun regret et durant les heures qui précèdent l'accouchement, elle est folle de joie. Ana en revanche, est une adolescente effrayée, pleine de remords et traumatisée. Janis essaie de lui remonter le moral alors qu'elles marchent telles des somnambules dans le couloir de l'hôpital. Les quelques mots qu'elles échangent pendant ces heures vont créer un lien très étroit entre elles, que le hasard se chargera de compliquer d'une manière qui changera leur vie à toutes les deux.

*COUP DE COEUR*

Dans le cadre du Festival Télérama.

Critiques

  • Les femmes portent les cicatrices du passé et les fondations de l’avenir. C’est ce que nous dit Madres Paralelas, au travers de son regard sur la maternité et le passé encore enfoui de centaines de familles espagnoles. Alors qu’il a construit presque toute sa carrière autour des femmes : leur humour, leur force, leur résilience et leur sexualité, Almodóvar signe ici un hommage poignant à celles qui portent la vie, mais aussi le monde. […] Madres Paralelas est un appel à l'exhumation d’une histoire commune, que ce soit la guerre ou la façon dont les femmes sont traitées dans une société entre trop patriarcale. S’il est difficile de passer outre les séquences “telenovela”, à la symbolique lourde, il était faux de penser que Pedro Almodóvar avait fait le tour avec son précédent film. Le cinéaste espagnol a encore bien des choses à nous dire. www.focus-cinema.com

  • Drame intimiste, Madres paralelas nous balade avec virtuosité, joue sur les ruptures de tons, bifurque de manière inattendue, pour évoquer, en une large gamme d’émotions, la maternité sous toutes ses formes : accidentelle, contrainte – comme en témoigne, dans une confession, la mère d’Ana, incapable de sacrifier sa liberté – ou choisie – devenir mère est un début, et révèle chacune à ce qu’elle a au plus profond d’elle-même. Comme souvent, Almodóvar bouleverse la généalogie, suggère des recompositions familiales nouvelles, généreuses, tout en ancrant les personnages dans une lignée […]. Le réalisateur déploie une réflexion sur la transmission générationnelle à l’échelle des individus, mais aussi celle d’un pays, son pays, dont les victimes anonymes, enfin exhumées d’une tombe, retrouvent enfin, grâce à la magie du cinéma, leur chair et leur identité. Télérama

  • Vingt-quatrième film de Pedro Almodóvar, Madres Paralelas est l’un des plus beaux, pour plein de raisons évidentes, et d’autres plus dissimulées. La force de son cinéma se trouve dans les détails. […] Almodóvar est non seulement un grand portraitiste, mais également un grand artisan du regard cinématographique, partisan de la beauté, où qu’elle se cache. Et avec Madres Paralelas, une œuvre dense et souvent magique, il rappelle à tous à quel point il maîtrise les petits détails qui font de ses portraits de femmes des grands tableaux. www.chaosreign.fr

Prochaines séances