Jauja

De Lisandro Alonso
Avec Viggo Mortensen, Ghita Norby, Viilbjørk Malling Agger
Argentine, Danemark, France… - 2014
1h50
western
VOST
diffusion : 2015
P

Un avant-poste reculé au fin fond de la Patagonie, en 1882, durant la prétendue « Conquête du désert » - une campagne génocidaire contre la population indigène de la région. Les actes de sauvagerie se multiplient de tous côtés. Le Capitaine Gunnar Dinesen arrive du Danemark avec sa fille de 15 ans afin d’occuper le poste d’ingénieur dans l’armée argentine. Seule femme dans les environs, Ingeborg met les hommes en émoi. Elle tombe amoureuse d’un jeune soldat, et tous deux s’enfuient à la faveur de la nuit. À son réveil, le Capitaine Dinesen comprend la situation et décide de s’enfoncer dans le territoire ennemi pour retrouver le jeune couple.

Critiques

  • Le cinéaste argentin pratique un art visuel hiératique qui trouve dans ce nouveau projet une puissance nouvelle. D’emblée le film surprend par son format étrange. Quelque part entre la diapositive et le format 4/3, le cadre du film donne tout de suite un goût d’ailleurs et d’étrange à cette sombre histoire d’errance. La beauté stupéfiante des plans donne l’impression de voir comme une vue Lumière qui s’animerait soudainement sous nos yeux. (…) Quelque part entre le drame ascétique et la divagation mentale, Jauja s’avère surtout être un curieux film d’aventure contemplatif où l’exploration du territoire vire à la quête intime. (…) Hanté comme un film de Raoul Ruiz, vibrant comme le Tabou de Miguel Gomes, Jauja est un récit d’aventure somnambulique, certes aride mais dont on garde en tête pour longtemps les images primitives. www.cinemateaser.com

  • Jauja (…) se distingue d’emblée comme un long-métrage alliant dépouillement de la mise en scène et onirisme surréaliste pour une expérience de cinéma singulière. (…) Paysages splendides et magnifiés, couleurs éclatantes, si belles qu’elles semblent rêvées, le réalisateur emprunte la voie d’une certaine déréalisation de l’espace pour nous faire pénétrer dans un monde hors du temps. Prenant racine dans un passé de conquête argentine à la fin du XIXe siècle, l’intrigue emploie les codes du western pour montrer l’homme face à l’inconnu. (…) Interrogeant la fiction, la temporalité ainsi que l’homme dans sa solitude, Lisandro Alonso se démarque précisément par ses partis pris audacieux. Cheminement vers l’irréel, Jauja figure indéniablement parmi ces expériences cinématographiques que l’on apprécie avec le temps et le nombre de visionnages, de ces films qui pénètrent les esprits pour y faire lentement germer la compréhension. www.avoir-alire.com