The Jane Doe identity

De André Øvredal
Avec Emile Hirsch, Brian Cox, Ophelia Lovibond
Prix du Jury Jeunes (Gérardmer 2017)
Grande-Bretagne, USA - 2016
1h39
horreur, thriller
VOST
diffusion : 2017
P

Quand la police leur amène le corps immaculé d’une femme dont on ignore l’identité, une 'Jane Doe', Tommy Tilden et son fils, médecins-légistes, pensent que l’autopsie ne sera qu’une simple formalité. Mais au fur et à mesure, ils ne cessent de découvrir des choses étranges et inquiétantes à l’intérieur du corps de la défunte. Alors qu’ils commencent à assembler les pièces d’un mystérieux puzzle, une force surnaturelle fait son apparition dans le crématorium...

Critiques

  • Ce thriller à consonance surnaturelle est le nouveau long-métrage du norvégien André Øvredal, le petit malin bourré de talent qui nous avait scotchés il y a sept ans avec l’excellent The Troll Hunter (…). Dans un style plus classique, à la fois posé et ultra-léché, le cinéaste balade sa caméra voyeuse dans les recoins de cette morgue austère qui va rapidement devenir le théâtre d’un interminable cauchemar. (…) André Øvredal piège son audience dans une toile d’araignée aux ramifications comme autant d’hypothèses possibles expliquant les évènements terrifiants qui vont se produire. Bref, The Jane Doe Identity est une belle partition autour de la peur, et André Øvredal relève avec adresse son défi américain. mondocine.net

  • Avec The autopsy of Jane Doe, André Øvredal livre un long métrage maîtrisé, combiné d’un scénario construit intelligemment, des personnages crédibles qui évoluent dans un huis clos poisseux à souhait. Les légistes intègrent dans un cercle infernal zoomant sur La quatrième dimension hardcore. Même si la suggestion reste maîtresse des lieux, l’horreur s’installe  inexorablement, sans avoir recours à des effets spéciaux à outrance dont on nous abreuve aujourd’hui. Tout en rendant un hommage bienvenu aux séries B d’horreur des années 70/80, et ça, on aime ! www.devildead.com