Total recall

De Paul Verhoeven
Avec Arnold Schwarzenegger, Sharon Stone, Michael Ironside
USA - 1990
1h53
science-fiction
VOST
diffusion : 2020
E
P

La planète Terre, 2048. Doug Quaid, ouvrier en bâtiment, est obsédé par la planète Mars dont il rêve toutes les nuits. Il s’adresse alors au laboratoire Rekall, spécialisé dans l’implantation de faux souvenirs de voyages grâce à un puissant hallucinogène. Mais l’expérience dérape, et il se retrouve avec des tueurs à ses trousses. Il doit alors fuir sur sur la planète rouge...

La projection du lundi 5 octobre sera précédée d’une présentation du réalisateur et du film.

Critiques

  • Le film de Paul Verhoeven est un curieux hybride, à la fois très ancré dans son époque mais visionnaire sur certains points, très musclé mais aussi intellectuel. C’est un film capable de divertir et de faire réfléchir à la fois, évident et complexe qui, en définitive, se présente de la même manière qu’il traite son histoire, c’est-à-dire en la menant vers un chemin qui semble tout tracé, mais avec plein de rebondissements et d’écueils. Un film de science-fiction culte et très complet qui mérite, sans conteste, plus d’un visionnage. alarencontreduseptiemeart.com

  • Les effets spéciaux et les décors confèrent au film un aspect étrange, comme étant un peu datés ou dépassés visuellement par ce qu’on a vu depuis […]. Mais cette impression ne fait que nous conforter que nous nous trouvons dans un univers où tout n’est qu’apparence trompeuse. Où les leurres, les erzatz et autres trompe l’œil, chers à Philip K. Dick et son œuvre schizophrénique sont légions. Univers paranoïaque où on ne saura jamais où se trouvent alliés et ennemis, victoire et défaite ou rêve et réalité. […] Jouissif au premier degré mais aussi vrai film d’auteur, comme toujours chez Verhoeven, Total Recall mérite amplement plusieurs visions. Pour son casting, avec en tête Arnold Schwarzenegger – qui faisait preuve d’une belle auto-dérision – Sharon Stone et Michael Ironside, qu’on a pu revoir récemment avec la reprise de Scanners. Et pour son univers, à la fois très noir et ludique. www.lebleudumiroir.fr