Histoire d'une prostituée

De Seijun Suzuki
Avec Yumiko Nogawa, Tamio Kawaji, Hiroshi Cho
VERSION RESTAURÉE
Japon - 1965
1h36
mélodrame
VOST
diffusion : 1965
E
P

Dans les années 30, Harumi est une prostituée dont l’amant vient de se marier à une femme qu’il n’aime pas. Dépitée, elle se rend en Mandchourie, en plein conflit sino-japonais, pour y travailler avec d’autres filles. Elle y devient vite le souffre-douleur d’un officier violent.

La projection du lundi 9 sera précédée d'un pot convivial et d'une présentation de ces 3 œuvres par Jérémy Bouyer, notre critique maison et rédacteur de la passionnante émission cinéma « La Théorie des genres » sur Radio Pulsar.

Critiques

  • Plongée sans concession dans l’univers des prostituées de guerre, ce long-métrage de Seijun Suzuki échappe à l’exploitation pure et simple pour se hisser au niveau d’un film d’auteur audacieux, faisant preuve d’une réelle maestria visuelle. À découvrir. www.avoir-alire.com

  • Histoire d’une prostituée peut être vu comme un film de rupture par rapport à ses œuvres précédentes car ici le sexe et la violence ne sont plus de simples prétextes, mais servent parfaitement un discours pacifiste totalement assumé par un réalisateur provocateur.(...) Se positionnant clairement contre toute forme de patriotisme et faisant preuve d’un puissant antimilitarisme, Seijun Suzuki signe ici une œuvre engagée qui prône avant tout l’amour et la dévotion des amants l’un pour l’autre. (...) Assurément un grand film. www.avoir-alire.com

  • L’un des rares mélodrames dans la filmographie de Seijun Suzuki, Histoire d’une prostituée est un chef d’œuvre à la beauté plastique irréelle. Loin de la distance amusée qu’il instaure dans ses autres films de genre, Suzuki aborde la guerre (qu’il a vécue) comme une environnement déshumanisant, où l’ennemi reste une menace purement abstraite, tandis que la hiérarchie de son propre camp représente le seul véritable danger. Abordant le thème de la domination sous toutes ses formes physique, psychologique, sexuelle et religieuse, Suzuki se plaît à dépeindre chaque personnage comme une énigme, pétrie de contradictions et de contrastes… www.kurosawa-cinema.com