Donnie Darko (Director's cut)

De Richard Kelly
Avec Jake Gyllenhaal, Maggie Gyllenhaal, Drew Barrymore
USA - 2001
2h14
drame, fantastique, thriller
VOST
diffusion : 2019
P

Donnie Darko est un adolescent de 16 ans pas comme les autres. Intelligent et doté d'une grande imagination, il a pour ami Frank, une créature que lui seul peut voir et entendre. Lorsque Donnie survit par miracle à un accident, Frank lui propose un étrange marché. La fin du monde approche et ce dernier doit accomplir sa destinée.

VERSION RESTAURÉE.

Le film dans sa version initiale (1h53) est également diffusé.

Critiques

  • En plus d’avoir révélé Jake Gyllenhaal au grand public […], Donnie Darko est porté par un casting impressionnant : Jena Malone, Maggie Gyllenhaal, Drew Barrymore, Patrick Swayze ou encore Noah Wyle entourent le jeune acteur, parfait en adolescent perturbé, guidé par son ami imaginaire Frank (un lapin flippant), qui lui annonce que la fin du monde aura lieu dans 28 jours. C’est est une œuvre complexe, mélangeant réflexions sur les relations humaines et voyage dans le temps, qui laisse aux spectateurs le soin de se faire sa propre explication. Son director’s cut répond en partie aux questions, ce qui offre une nouvelle vision de l’œuvre, tout en conservant certains mystères. www.premiere.fr

  • Il est sorti de nulle part pour créer l'un des films de genre les plus marquants de ces dernières décennies : Richard Kelly, né avec son premier film Donnie Darko, devenu au fil des années un film cultissime. […] Jake Gyllenhaal y incarne un adolescent perturbé, qui découvre grâce à un ami affublé d'un masque de lapin que la fin du monde approche. Ou le point de départ d'un teen movie crépusculaire. […] Donnie Darko est drôle, triste, absurde ou effrayant, passe d'un moment décalé à une parenthèse musicale irrésistible, et brise l'harmonie avec précision. […] Une œuvre d'une richesse folle, qui résonne longtemps, et laisse flotter un parfum d'apocalypse amère et étrange. www.ecranlarge.com

  • Donnie Darko est une œuvre à part. Difficilement classable, le film se situe au carrefour de plusieurs genres (thriller, fantastique, teen movie…). D’un côté, l’histoire d’un adolescent désabusé, qui cherche sa place dans un monde oppressant, aidé par sa psy qui le croit schizophrène. De l’autre, un ami imaginaire déguisé en costume de lapin d’Halloween qui annonce l’apocalypse, des visions du futur, et des paradoxes temporels entre univers premier et univers tangent. Autrement dit, un croisement entre le cinéma d’auteur indépendant et le cinéma fantastique made in Hollywood, comme la synthèse entre Lynch et Spielberg. www.lebleudumiroir.fr