A war

De Tobias Lindholm
Avec Pilou Asbæk, Tuva Novotny, Dar Salim
Danemark - 2015
1h54
drame
VOST
diffusion : 2016
P

Le commandant Claus M. Pedersen et ses hommes sont affectés dans une province d’Afghanistan, tandis qu’au Danemark, sa femme, Maria, tente de faire face au quotidien et d’élever seule leurs trois enfants. Au cours d’une mission de routine, les soldats sont la cible d’une grave attaque. Pour sauver ses hommes, Claus va prendre une décision contestable qui aura de lourdes conséquences pour lui, mais également pour sa famille…

Critiques

  • Après l’excellent Hijacking (traitant de la prise d’otage d’un navire par des pirates en plein océan, dans lequel on retrouvait déjà l’excellent Pilou Absaek), le réalisateur danois Tobias Lindholm continue d’explorer la manière dont l’être humain réagit lorsqu’il est soumis à une pression extérieure. (…) Ce n’est pas réellement un film sur la guerre qu’il nous propose. Sans aucun message politique, il tient plutôt à se pencher sur les conséquences de ce type de conflit sur les hommes qui y participent au nom de la démocratie. (…) Sans manichéisme, il dresse le constat de l’absurdité de la guerre surtout quand on entend l’encadrer de lois iniques. Une chronique réaliste soutenue par des comédiens saisissants dirigés par un réalisateur brillant. Voilà quelques bonnes raisons de s’arrêter sur ce film non belliqueux et convaincant. www.avoir-alire.com

  • Par le biais de la guerre, Tobias Lindholm sonde l’être humain et sa capacité d’adaptation régie finalement par des instincts primaires, quel que ce soit le contexte qui évolue autour de lui (la première partie au front ou la seconde au pays). La construction classique mais brillante de A War permet à son auteur de tisser un réseau de concordances et de parallèles entre l’intime et le général, le conflit et le personnel, où l’instinct de préservation des siens reste finalement le même peu importe le contexte. Passionnant dans les bonnes questions qu’il pose et se pose, sans juger, asséner ou affirmer, (…) A War n’a pas de gentils, pas de méchants, seulement des hommes face à leurs choix, leurs doutes, leurs certitudes, et de l’absence de manichéisme idéologique ruisselle une intéressante plongée dans les rouages de la conscience. mondocine.net