A dark-dark man

De Adilkhan Yerzhanov
Avec Avec Daniar Alshinov, Dinara Baktybaeva, Teoman Khos
COUP DE COEUR DIETRICH
Kazakhstan, France - 2019
1h50
policier
VOST
diffusion : 2020
S
P

Bekzat est un jeune policier qui connait déjà toutes les ficelles de la corruption des steppes kazakhes. Chargé d’étouffer une nouvelle affaire d’agressions mortelles sur des petits garçons, il est gêné par l’intervention d’une journaliste pugnace et déterminée. Les certitudes du cow-boy des steppes vacillent.

COUP DE COEUR DIETRICH

Critiques

  • Une passionnante démonstration de savoir-faire et de mise en scène, doublée d’un portrait acerbe de la société. […] Au croisement d’un Aki Kaurismaki et d’un Jacques Tati qui se serait essayé au film policier, Yerzhanov réalise un film au sujet peu propice à la rigolade, mais qui arrive à insuffler un petit souffle de drôlerie, d’incongru et de non-sens, comme si tout ce qui se passait était tellement ridicule et pathétique qu’on se doit d’en rire pour ne pas avoir à trouver ça désespérant. eastasia.fr

  • Voilà un film qui porte bien son titre, tant le propos est noir et grave. Le cinéaste décrit une police corrompue, avec un vrai sens de la mise en scène et un art certain de la nuance et de l’humour. Adilkhan Yerzhanov atteint presque la perfection cinématographique. […] Ce western social, filmé au milieu des plaines arides du Kazakhstan, confirme le très grand talent de son réalisateur. On retrouve la même intelligence du cadrage qui avait fait de La belle indifférence du monde un chef-d’œuvre. avoir-alire.com

  • Le Kazakh Adilkhan Yerzhanov a plus particulièrement été révélé sur la scène internationale avec la sélection à Cannes en 2018 de La Tendre indifférence du monde. Le vrai-faux polar A Dark-Dark Man confirme sa personnalité à part, avec cette enquête sur le meurtre d’un enfant qui, à l’image de sa surprenante bande originale, n’ira pas vraiment là où on l’attend. […] L’enquête reste nébuleuse, et l’on perd parfois le fil. Comment le dark-dark man de la comptine peut-il trouver la lumière dans ce royaume très obscur ? Voilà une question qui pourrait être sentencieuse et écrasante mais le film a une drôle de légèreté, de fluidité – tout semble sur le point de s’évaporer, dans la beauté à couper le souffle de la photographie. Le film, à la fois déroutant et sidérant, est souvent insaisissable – ce qui ici n’est pas un défaut. lepolyester.com

Prochaines séances