Belladonna

De Eiichi Yamamoto
VERSION RESTAURÉE
Japon - 1973
1h30
animation, érotique
VOST
diffusion : 2016
P

L’histoire s’inspire des légendes médiévales autour de la sorcellerie. Une paysanne nommée Jeanne est violée par son seigneur, n’ayant pu obtenir le droit de se marier avec son amour, Jean, faute d’argent. Tous deux sont chassés du château, mais leur amour n’est plus le même et Jean la dédaigne. Un démon séduit alors Jeanne et en fait une sorcière puissante et désirée. Métamorphosée, elle se réfugie dans une étrange vallée, la Belladonna…

La projection du lundi 10 octobre à 21h sera précédée d’une présentation du film par Olivier Rigaud (entre autres surprises !) et suivie d’un pot convivial.

Critiques

  • Belladonna (...) est librement inspiré d’un essai de Jean Michelet : La Sorcière, sorte de conte libertaire parcourant les thèmes de la féminité et de la sorcellerie au Moyen-Âge. (...) Oscillant entre volutes Klimtiesques et monstruosités quasi-cubiques, Belladonna est hypnotique, violent, et plein de volupté... (...) Dans une série d’éclats oniriques, articulés – à l’instar de l’hétérogénéité de l’ensemble - par une bande-originale grevée de leitmotivs déchirants et de morceaux allant de l’acid-jazz au rock psychédélique (et par les voix des illustres Aiko Nagayama et de Tatsuya Nakadai, rompant avec la rigidité de l’animation), Belladonna propose au spectateur un torrent de passion. Dans un Moyen-Âge régi par la mort, où tout ne semble être que violence, famine et maladie, l’émancipation graduelle d’une femme entraînant dans son sillage un petit peuple tyrannisé et rongé par l’obscurantisme enfante une œuvre d’une beauté prodigieuse, dans laquelle l’ignominie du viol et les bacchanales orgastiques parviennent à être retranscrites avec lyrisme… (...) Sublime à jamais. www.avoir-alire.com

  • Longtemps introuvable, (...) c’est un film définitivement hors-normes, érotique, musical, aventureux et parfois grave, qui n’a pas vraiment d’équivalent. (...) Tout, dans Belladonna, est affaire de transmutations et de changement. Du conte médiéval au pop art, de l’homme à la bête, de symboles en magies, du tableau statique aux ondulations du désir, de la simple paysanne à la magicienne respectée… La force érotique des sorcières est annonciatrice de bouleversements sociaux, et le démon est, dans le scénario de Fukuda (intellectuel fortement engagé à gauche), symbole de révolution. Car Belladonna est porteur, en accord avec l’ouvrage dont il s’inspire, d’un message féministe d’émancipation. Le martyre de Jeanne y est dépeint avec une cruauté certaine, mais il n’est pas vain :  la conclusion terrible du film fait de celle-ci l’annonciatrice des combats progressistes à venir. www.culturopoing.com

  • On n’en entendait parler que par rumeurs, prières ou incantations de quelques ensorcelés jurant leur grand diable qu’il s’agissait là d’un pur joyau dont les éclats psychédéliques et éclairs politiques n’avaient jamais cessé de les hanter. Peu visible depuis sa sortie en 1973 (...), Belladonna ressort aujourd’hui en version restaurée. Et il est à la hauteur de sa réputation. www.lesinrocks.com