AU NOM DU FILS

De Vincent Lannoo
Avec Astrid Whettnall, Philippe Nahon, Achille Ridolfi
Belgique / France - 2012
1h20
comédie, drame, thriller
VOST
diffusion : 2014
S
P

Mère de famille et épouse aimante, fervente catholique, Élisabeth met sa foi au service des autres. À la demande du diocèse, elle accueille chez elle le Père Achille. Ce qu’elle croit être une vie idyllique va très vite tourner au cauchemar : son mari meurt d’un « accident de chasse » et elle découvre que son fils de 14 ans est victime du Père Achille. Devant l’affreuse réalité et face au déni de l’Église, elle perd tout sens de la charité chrétienne. Adoptant la loi du Talion, oeil pour oeil, dent pour dent, elle se lance dans une folle croisade vengeresse. 

Meilleur espoir masculin (Les Magritte du cinéma 2014 édition n°4 / Bruxelles).

Critiques

  • Iconoclaste assurément, excessif sans doute, le film de Vincent Lannoo (…) ne s’embarrasse pas à peser son propos pour noyer la colère dans une nuance de bon ton. Il se lâche et tant pis pour les bien-pensants. (…) Ce drame sombre est aussi une satire charpentée de références. Étienne Chatilliez, bien sûr, dont on ne peut manquer d’évoquer les Le Quesnoy de La vie est un long fleuve tranquille, ou Tarantino (la quête vengeresse d’Elisabeth et notamment une scène - d’anthologie - de combat dans une église en réfection). Le film accumule les clins d’œil au cinéma de genre (le camp de guerre de la milice intégriste) et garde de ce fait une réjouissante bonne santé. On passe lentement de l'observation d'une famille BCBG, catholique bien pensante et sûre de ses valeurs à la traque sanglante d'une femme meurtrie, déboussolée et trahie par ceux en qui elle avait mis toute sa foi. Le ton oscille entre l'ironie acerbe d'une comédie sociale et la parodie jubilatoire. On y voit la transformation d’une bourgeoise confite de certitudes en furie vengeresse à la Kill Bill. www.cinergie.be